Secrétariat du Club : 06 80 96 62 96

La Neuveville Devant Lepanges (88) Stage mécanique 2016

Nous sommes le 14 juillet, et je ne suis pas resté dans mon lit douillet comme le chantait un célèbre moustachu, mais je me suis levé pour pédaler jusque dans un petit village des Vosges, après avoir traversé la Haute-Saône hier, de la même manière. L'objectif de cette petite balade est le stage mécanique du Club 403, qui débute aujourd'hui à 14 heures.

J'arrive un peu avant 13 heures. Je suis un tout nouvel adhérent au club 403 et je ne connais donc encore personne, mais je suis accueilli très amicalement. J'ai le temps de faire connaissance avec Alain et sa famille, qui hébergent le stage chez eux, mais aussi avec Jean-Marc et son épouse Béatrice, qui sont respectivement notre prof de mécanique et la responsable des ventes de t-shirts, casquettes, et autres objets à l'effigie du club, et pour terminer Marcel, qui est le spécialiste de la carrosserie et de la soudure.

Vers 14 heures, les autres participants arrivent

et nous prenons place dans une grande salle agréable et lumineuse.

Jean-Marc commence par nous expliquer le rôle essentiel que joue le catalogue de pièces dans la recherche d'une pièce auprès du club (ou éventuellement ailleurs).

Ensuite, à la demande de Romain qui, hélas pour lui, ne peut participer au stage qu'aujourd'hui, l'allumage est traité en priorité.

Ces ateliers bien détaillés occuperont largement notre après-midi, avant de profiter d'un bon repas pris sur place.

Le lendemain matin, c'est dans un contexte moins joyeux que nous nous retrouvons puisque nous avons appris ce qui s'est produit durant la nuit à Nice. Mais dans un tel contexte, il faut reconnaître qu'il est bon d'être ici, ensemble, réunis par une saine passion.

L’atelier de ce matin est consacré au moteur dans son ensemble. Tout est passé en revue : l’arbre à cames,

le carburateur,les soupapes et les culbuteurs, l’allumage à nouveau, le refroidissement… Jean-Marc illustre ses cours avec des pièces détachées, des montages fabriqués spécialement dans un but pédagogique,

et des schémas réalisés en direct.

L'ensemble des participants apprécient le cours à l'unanimité.

Après le refroidissement, ce sont les rafraîchissements puisque nous amis Belges ont apporté quelques bières de chez eux. Il est toujours bon d'avoir des Belges dans un groupe. Même s’ils se moquent de nos « soixante-dix », ils savent apporter la convivialité.

Après l'apéro vient le repas,

et si Jean-Marc nous apporte la lumière depuis hier avec ses histoires d'allumage, Marcel a apporté un far pour le dessert.

Alain tentera bien d'apporter lui aussi un phare de 403 mais il n'y aura curieusement aucun volontaire pour le goûter.

Après manger, nous allons nous balader jusqu'à une ancienne ferme

où se trouvent quelques belles endormies.

Nous ne nous attarderons pas trop sur leurs dessous en dentelle : nous sommes là pour tenter d'en réveiller une. Il s'agit d'être méthodiques : on commence par tester les compressions, puis on y va par étapes jusqu'à ce que la lionne finisse par ronronner à nouveau. Cela ne lui était pas arrivé depuis peut-être dix ou vingt ans, voire plus…

Après un dernier tour des lieux, et des explications techniques sur chacune des épaves présentes, nous rentrons à la maison pour prendre l'apéro

avant d'aller manger dans une pizzeria en ville.

 

Le samedi matin commence par une interrogation orale puisqu'il nous faut montrer ce que nous avons retenu de l'exercice pratique de la veille.

Ensuite, Jean-Marc nous met au courant des questions d'électricité,

ce qui prendra une bonne partie de la matinée avant que l'on sorte s'occuper de la 403 de Jean-François :

Marcel change une poulie

et Jean-Marc s'occupe du réglage des freins et de celui de la commande de vitesses,

qui faisait des siennes la veille.

Le repas est pris dehors, puisque la météo le permet. Il fait plutôt beau depuis mon arrivée (ce qui n'était hélas pas le cas durant mon trajet), et depuis aujourd'hui il fait même chaud.

L'après-midi, Marcel nous fait une belle démonstration de soudure sur un bas de caisse,

et Jean-Marc nous montre comment démonter et remonter une garniture de frein d'époque (rivetée).

Le repas du soir est à nouveau pris sur place, dehors.

Le dimanche matin, différents sujets sont abordés : le graissage, les pneumatiques, et diverses questions posées par les différents participants…

Certains, dont je fais partie, font des achats : pochette de joints, courroie, casquette ou t-shirt du club… Ensuite, après un dernier repas convivial, ensemble et en extérieur, tout le monde repart comme il est venu : en voiture récente, en 205, en 403 ou à vélo. Le stage a passé vite !

Pour ma part, j'irai voir une 403 en vente dans un village voisin avant de me balader sur une voie verte et de franchir un petit col. Cet itinéraire me permet de regagner la Franche-Comté par un autre itinéraire qu'à l'aller, et sous une véritable canicule !

Je dois dire que je suis rentré à la maison avec des souvenirs plein la tête, l'impression de bien connaître désormais le fonctionnement de ma voiture favorite, et la sensation d'avoir été bien accueilli et intégré au sein d'un club de gens passionnés et sympathiques. Il me reste donc à mettre les mains dans le cambouis (ce qui, à l'heure où j'écris ces lignes, a quelque peu commencé).

 

Adrien Caillot