Secrétariat du Club : 06 80 96 62 96

Stage mécanique club 403 - Septembre 2017

Meung sur Loire

C’est par un beau soleil d’automne que…. Non pas du tout, il faisait très frais, il pleuvait et le soleil ne pointait pas le bout de son nez !

Mais nos 11 amis et notre Président formateur Jean Marc RACHARD sont arrivés en voiture, avec la bonne humeur qui va bien, au local de notre ami et adhérent du club Jean Gabriel (c’est le temple de la 403).

1ére journée, temps frais et pluvieux donc !

Jean-Marc entama cette 1ére journée en rappelant que le club est là pour aider les gens à rouler!

Plusieurs idées fortes seront ainsi rapportées dans le cours de ce compte-rendu et identifiables par du texte en gras.

Un ordre du jour conséquent avait été concocté mais devant les questions basiques ou pertinentes, tout ne sera pas vu (ou rapidement) mais l’essentiel (aux yeux des participants) a été traité, mais rentrons dans le vif du sujet !

Il faut lire le bulletin du club - 2, et spécialement celui spécial pièce, d’ailleurs pourquoi vert ? Parce qu’autrefois les étiquettes des pièces détachées 403 étaient sur fond vert ! (moitié blanc et moitié vert pour les pièces communes aux 203/403)!

Le catalogue de pièces détachées (le club en propose) est plus qu’un catalogue, c’est aussi une indication sur la façon de poser par exemple des rondelles, la caractéristique d’une pièce -3; j’ai découvert pour ma part que le coefficient était en fait le nombre de pièces qu’il fallait pour le fonctionnement (ex : 5 pour les roues !).

Mais il faut employer les véritables appellations des pièces - 3, ex : les vis platinées qui ne le sont plus depuis 1950 et qui s’appellent: rupteur et linguet mobile ou jeu de contacts!

De même ne parlons plus de 403 breaks mais de longue, ni de 403 pickup mais plateau ou camionnette !

Pour les dénominations des modèles, cela devient plus « précis » : U5 utilitaire 500 kg jusqu’en 1960, B5 après 1960!

En clair pour en revenir aux commandes de pièces, Jean-Marc corrige parfois les commandes et aide surtout à la technique. Il engage d’ailleurs un budget important à l’achat et à la refabrication de pièces, grand atout de notre club, il faut le dire !!!

Sinon lire les notices d’utilisation et d’entretien est très conseillée - 4, grises pour les utilitaires, rouge pour les berlines 8cv, bleu pour les berlines 7cv, blanc pour les diesels.

Le détail est capital - 5, exemple : les cotes des clés par rapport aux vis (alors là je rame !), la différence entre boulon, vis et écrou !

Nous abordons ensuite le travail sur le moteur : grosse question : un temps moteur = combien de tours de vilebrequin ? 2 !

Les 3 « mamelles » d’un bon démarrage : la compression, l’allumage et l’essence !

Outil : un jeu de cales ! Pour vérifier la compression, d’abord régler les culbuteurs avec un jeu de cales.

Petite réflexion quasi philosophique sur les caractéristiques des véhicules selon les époques :

-          Hier : puissance, places assises, vitesse de pointe, prix d’achat...

-          Aujourd’hui : Pollution, gadgets (?), design, coût mensuel…

Quelques précisions sur les puissances sur le nombre de segments d’un piston, sur le nombre d’essence et de gr d’air

-          1 gr d’essence pour 15 gr d’air (l’idéal)

-          1 gr d’essence pour 12 gr d’air, enrichissement (moteur froid), augmentation de puissance.

Quelle satisfaction d’écouter un « sachant », on parait plus intelligent !

MAIS le point principal c’est l’allumage !

D’abord (voir la maxime N° 3) le Delco est une marque d’allumeur/distributeur (pas sur nos 403); quant à la bobine c’est le transformateur basse tension en haute tension, à mettre dans sa boite à outils, mais à tester avant - 6 ; une bobine trop chaude : la cause peut être des contacts mal réglés.

L’allumeur est au bout de de la pompe à huile !

L’allumage doit se faire au niveau de la compression.

Quand les contacts s’ouvrent le courant BT se transforme en HT.

Le condensateur renforce le courant primaire et protège les contacts.

Et le toucheau ? C’est la partie fixe de la partie mobile de l’allumeur (sorte de mamelon)

Là les mouches volent ! (NLDR)

Mais ce n’est pas fini : l’angle de fermeture dépend de l’écartement des contacts selon la formule (bien connue !) U=R x I ou U est la tension R la résistance et I l’intensité ! (je mélange, j’aurais dû mieux suivre les cours de physique !)

……Schéma et mesure de résistance captèrent mon peu de connaissances et d’énergie à ce moment-là !

Une autre maxime, sur la qualité des pièces ? Les plaquettes de frein faites avec du foin, c’est bio mais pas pour longtemps - 7

Florilège de conseils et de rappels pour le calage de l’allumage : 

-          Sur le vilebrequin le cylindre N°1, c’est celui qui est du côté du parebrise (volant moteur).

-          Pour connaitre le cylindre en compression (allumage) on démonte la bougie et on tourne la manivelle pour déceler l’absence de compression !

-          Le calage par étapes :

o    Vérification des compressions

o    On fait tourner la manivelle pour trouver le PMH (point mort haut)

o    Allumeur dans l’orifice vis-à-vis de l’empreinte ... ? Le doigt d’allumeur donne la direction de celui qu’il « allume », pas fatalement le N°1

o    On Cherche le début d’ouverture en faisant tourner l’allumeur et immobiliser le corps.

o    Ouf !

 

2iéme jour : temps mitigé !

Jean-Marc sort son banc d’allumeur de marque Souriau…courbe M12, M48 ….

Entrée en scène de ce que j’avais appelé le « macaron » placé derrière l’allumeur qui est en fait la capsule à dépression qui réalise la variation automatique de l’avance à l’allumage par exemple en cas de descente sans accélération, cela rend la conduite plus agréable.

Jean-Marc me rappelle que normalement il fallait un pré-requis (mécanique) pour participer au stage car je n’en n’ai pas honte, pour moi ce stage c’est un peu « la mécanique 403 pour les nuls ». Mais bien sûr, et une fois n’est pas coutume, « le bonheur est dans le pré-requis » !

Redevenons sérieux : quelques rappels :

o    Attention à la deuxième agrafe du capot qui laisse passer l’humidité dans le puits de bougie, vaporiser avec du WD40 les tubes de bougies. A propos savez-vous qu’il y a 2 tailles de tubes

§  150 mm pour les 203/403

§  132 mm pour les 404/504

o    Vérifier le jeu des contacts régulièrement et les bougies (écartement : 0.6)

Puisque les adhérents sont des pros, petites questions :

Que veut dire :

o    COVIR

o    CODAV

o    SUBAL

(les réponses sont à la fin du compte-rendu, mais cherchez quand même !)

 

Nous passons au carburateur Solex PBIC ou Zenith Stromberg 34 WIM (voir photo) ; quand l’essence passe de l’état liquide à gazeux il se produit une baisse de température. C’est pourquoi sur la 203 le carbu est au-dessus du collecteur d’échappement !

A cette occasion Jean-Marc nous montre une magnifique refabrication de carburateur Solex (chinoise) ou même « l’étiquette » est reproduite avec la marque Solex.

Rappels :

o    Le réglage de ralenti (le régime de rotation du moteur) par la vis de butée de papillon : augmente (en serrant) ou baisse (en desserrant)

o    Le réglage de richesse agit sur l’apport d’essence

 

La batterie :

-          Capacité de 55 A/h ou 45 A/H

-          Avec le + à gauche

3iéme jour, beau temps !

Les travaux pratiques peuvent se faire dehors surs les deux 403 de J.C. Colombo et de Guy Dudkiewicz.

Autre florilège de recommandations, de conseils et d’informations glanés au fil de l’eau :

o    L’axe de la pédale d’accélérateur est à graisser

o    La courroie large correspond aux dynamos de 200 W et la fine 300 W

o    la partie conjoncteur du régulateur met en relation avec la dynamo, la partie régulatrice écrête la tension

o    Comment voit-ton la panne du régulateur ? : c’est OK quand, l’ampèremètre retombe vers 0 après un long parcours; quand il est au maxi au bout d’un certain kilométrage, ce n’est pas bon, il faut qu’il retombe à 0.

o    La dynamo produit le courant sur le réseau de la voiture (le régulateur étant en amont pour piloter la dynamo)

o    Si la dynamo ne charge plus, on peut rouler en plein jour et hors autres éléments (ex : essuie-glace) maximum environ 10 h.

o    Une voiture peut rouler sans batterie à condition que le moteur tourne à un régime élevé pour que la dynamo fournisse (NB : on peut démarrer avec des câbles mais pas sans batterie)

o    Le témoin de pression d’huile s’éteint à 800 gr ; tant qu’il n’est pas éteint à pas de pression à on ne graisse pas l’embiellage : moteur usé qui claque.

Commande de boite

Mais il y a eu aussi en fin de stage un événement qui a réjoui notre petit groupe : le redémarrage d’une 403 jaune (auparavant bleu EDF) qui supportait une échelle mécanique destiné aux travaux de « grande » hauteur ; cette 403 n’avait pas démarré depuis 20 ans et le challenge était donc important ; Jean-Marc s’y est attelé et après quelques injections d’essence dans le carburateur et un mouvement de la main sur ce dernier, la 403 s’est mis à ronronner ! Hourra, Hourra criait la foule en délire ; quel beau final ! 

D’autres sujets ont été aussi abordés tels que le refroidissement, le freinage, les centrales pour clignotants, le réglage de la commande des vitesses (voir photo) mais le temps imparti étant terminé nous nous sommes dit « A bientôt » (voir photo de groupe)

Epilogue (personnel) : ce stage m’a permis de me désinhiber des problèmes et du réglage de l’allumage et de prendre conscience de la nécessité d’entretenir plus sérieusement mes 403. Très dense, il faut donc des connaissances mais comme nous l’a rappelé Jean-Marc, il faut lire les notices et documents divers, puis lire aussi attentivement les BL ; enfin pour terminer notre série de maximes : ce sont ceux qui travaillent sur les voitures qui les mettent en panne - 8 parce que les 403 sont « bonnes filles ».

Remerciements (collectifs): à Jean-Marc qui pédagogue a répondu patiemment à toutes les questions et pas une n’est restée sans réponse !

Moralité (personnelle): si cela est possible, je referai un autre stage !

Réponses aux questions :

-          COVIR : commutateur de virage (clignotant !)

-          CODAV : commutateur d’avertisseur

-          SUBAL : support de balais (coupleur Jaeger)

 

Emmanuel HUSSON